À propos de la première réunion publique

Accueil Thématiques 07 – La concertation À propos de la première réunion publique

La concertation est officiellement terminée depuis le 17 janvier à minuit.Vous ne pouvez plus participer au forum. Cependant, des réponses du maître d’ouvrage seront encore apportées à certaines questions du forum.

Ce sujet a 1 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Maxime Bonjour, il y a 5 mois et 3 semaines.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #3706

    Maxime Bonjour
    Participant

    Je me demande s’il n’y a pas un problème de retranscription dans le verbatim de la première réunion publique.
    En effet, est-il possible que les porteurs du projet aient dit :

    – Page 17 : « Cette infrastructure routière qui va vous permettre d’utiliser ce Bus à haut niveau de service doit nous permettre d’aller plus vite lorsque nous sommes dans le bus que lorsque nous sommes dans sa propre voiture. »

    Alors que c’est exactement l’inverse qui ressort de l’étude de trafic, à la page 84 : en 2030, pour les trajets Duingt-Annecy dans les 2 sens, 29 minutes pour le BHNS, entre 17 et 23 minutes pour la VP.

    – Page 19 : « On oublie souvent de dire que l’augmentation du trafic que l’on va générer sur Saint-Jorioz n’est pas induite par le tunnel, c’est un report de la rive est sur la rive ouest qui va se faire. »
    Page 30 : « le projet n’est vraiment pas d’induire du trafic, contrairement à ce qui est dit. Le projet tel qu’il est présenté n’induit pas de trafic. Il y a des reports avec des augmentations, on a déjà parlé, mais on n’induit pas de trafic. »
    Page 33 : « Vous citez une augmentation de trafic d’une rive, mais c’est avec la baisse équivalente de la rive d’en face, c’est la même chose, ce sont des effets report »

    Alors qu’il y a dans l’étude de trafic un paragraphe 3.4.4 Evaluation de l’induction et du report de trafic engendré par le projet (pages 29 et suivantes).
    Conclusion : l’amélioration des conditions de circulation due au tunnel va permettre aux frontaliers d’habiter plus loin et plus nombreux sur la rive Ouest du lac, et faire basculer sur cette même rive une partie du trafic d’échange entre le Nord de la Haute-Savoie et la Vallée de la Tarentaise (report depuis l’A41).

    Et à la page 93, il est également anticipé que l’existence du tunnel va générer un moindre report modal et donc induire du trafic : « Le trafic total sur ces axes est légèrement plus élevé en situation de projet (+ 2 300 véhicules/jour) du fait d’un report modal (vélo, covoiturage) moindre, l’offre capacitaire du tunnel répondant mieux à la demande d’écoulement du trafic. »

    – Page 36 : « toute l’augmentation des déplacements des 40 000 habitants [supplémenaires à Annecy d’ici 2050] plus les besoins de mobilité qui croissent, les faire à vélo, en transport en commun »
    Plus loin (l’animateur, non contredit) : « Oui parce que si j’ai bien compris, on a réussi à ne pas impacter avec la croissance démographique, à ne pas faire plus de circulation, je pense avoir compris cela. »
    Encore plus loin : « J’ai cru comprendre effectivement que le trafic est maintenu, ce sont des reports, et que les autres personnes sont dans le bus, c’est cela la différence. »
    Enfin (l’animateur, non contredit) : « Ce qui explique qu’il n’y a pas d’augmentation. »

    Alors qu’on lit dans l’étude de trafic, à la page 92, « L’urbanisation nouvelle et le développement économique du territoire entraîne une augmentation générale du trafic sur tous les tronçons routiers des rives du lac d’Annecy. […] La croissance de trafic est de l’ordre de 14 % sur la période 2017-2030, soit environ + 1 %/an. »
    Cela sans tunnel. Avec tunnel, on ajoute encore 2.300 véhicules/jour.

    Vraiment, je pense qu’il y a eu un souci.

    #4553

    Maxime Bonjour
    Participant

    Plus d’1 mois après la troisième réunion publique, son verbatim vient d’être publié sur ce site. Je m’étais dit lors de la lecture du verbatim de la première réunion publique qu’il y avait un problème de retranscription. Mais peut-être qu’en fait, nous n’avons pas accès aux bons documents sur le site ? Parce que plusieurs éléments énoncés posent problème :

    – Page 10 : « entre Annecy et Duingt, le BHNS ira plus vite que les voitures »
    C’EST FAUX ! (cf. étude de trafic – page 84)

    – Page 17 : « Le tunnel n’induit pas de trafic »
    C’EST FAUX ! (cf. étude de trafic – pages 29 et 93 ; 1ère version du rapport ATMO – page 18)

    – Page 8 : « Un des objectifs du PDU est de faire baisser la production de GES. »
    Page 38 : « L’objectif du PDU est de stabiliser l’usage de la voiture. »
    C’EST INCOHÉRENT ! Si c’est vrai, on se demande pourquoi l’Agglomération et le Conseil Départemental ont signé en 2016 une convention (dont fait partie ce projet) à plus de 430 millions d’€, qui a pour conséquences à l’horizon 2030 :
    + 20 % de kilomètres parcourus en voiture
    + 14 % de CO2
    (cf. 1ère version du rapport ATMO – pages 18 et 35)

    D’autres remarques :

    – Page 5 : « on n’oppose pas un mode à l’autre, c’était avant, aujourd’hui on a envie d’être complémentaire. »
    C’EST UNE VUE DE L’ESPRIT ! Pour la bonne et simple raison que, par définition, l’argent qui est investit pour un mode ne l’est pas pour un autre et que tout report modal se fait en faveur d’un mode et au détriment d’un autre.

    – Page 8 : « Favoriser l’usage des modes doux »
    Page 10 : « Que chacun se saisisse des projets de covoiturage »
    C’EST L’INVERSE QUI EST ENCOURAGÉ ! Voir l’étude de trafic – page 93 : « report modal (vélo, covoiturage) moindre, l’offre capacitaire du tunnel répondant mieux à la demande d’écoulement du trafic ».

    – Page 26 : « on vit aujourd’hui une rupture technologique sur la mobilité »
    Page 29 : « nous sommes à un moment où il y a une vraie rupture technologique, il est probable que cette rupture technologique n’ait pas été anticipée à sa juste hauteur. »
    C’EST HASARDEUX ! Des ruptures technologiques, on en a vécu beaucoup depuis 30 ans. Résultat ? En terme de CO2, les consommations unitaires des véhicules du parc automobile français baissent, certes, mais à un rythme qui ne fait apparaître aucune rupture : environ – 0,9 % par an pour les voitures particulières. Baisse largement compensée d’ailleurs par la hausse du trafic. Et en 2017, pour la première fois depuis 1990 (je n’ai pas les statistiques avant), ces consommations ont augmenté que ce soit pour les voitures particulières (+ 0,6 %), les véhicules utilitaires légers (+ 0,2 %) et les véhicules lourds (+ 0,6 %).
    (Source : http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/index.php?id=515)

    – Page 38 : « On sait que le mode de déplacement n’est qu’un émetteur parmi d’autres par rapport au réchauffement. »
    C’EST UN EUPHÉMISME ! C’est le premier poste d’émissions en France, avec 30 %. Quand on veut réduire quelque chose, c’est une bien mauvaise stratégie de commencer par faire + 14 % sur une part qui représente 30 % du total.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)

La concertation est officiellement terminée depuis le 17 janvier à minuit.

Une concertation engagée par