Conditions de la concertation et choix de la Région

Accueil Thématiques 07 – La concertation Conditions de la concertation et choix de la Région

La concertation est officiellement terminée depuis le 17 janvier à minuit.Vous ne pouvez plus participer au forum. Cependant, des réponses du maître d’ouvrage seront encore apportées à certaines questions du forum.

Ce sujet a 2 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  lac74, il y a 8 mois et 4 semaines.

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)
  • Auteur
    Messages
  • #3106

    Fabienne Grebert
    Participant

    Courrier adressé par Fabienne Grebert, conseillère régionale du groupe Le Rassemblement Citoyens Ecologistes Solidaires au président de la Région, Laurent Wauquiez

    Annecy, le 18 octobre 2018

    Monsieur, le Président,

    Vous avez soumis, à la Commission Permanente du 20 septembre dernier, le rapport N°CP-2018-09 / 17-191-2102 sur le transport scolaire et non urbain, qui contenait le projet de liaison ouest du lac d’Annecy – transport à haut niveau de service sur la RD1508 . Vous nous avez demandé de valider les hypothèses décrites dans le dossier de concertation préalable du projet (annexe V.1), sur la partie qui concerne la Région.

    Je tiens à vous alerter sur les conditions de la concertation qui laissent apparaître une information trompeuse sur le projet. Le dossier qui est soumis sur le site https://liaisonsouest-lacannecy.fr n’est pas celui qui nous a été soumis à la délibération. Il ne fait pas état de toutes les études préalables retenues dans le cadre du projet, notamment l’étude TTK qui proposait un schéma multimodal avec un Tramway entre Annecy et Faverges. Je vous invite à prendre connaissance de l’expertise d’un collectif de 14 associations qui ont mis en évidence les failles de ce dossier https://grenelleannecy.net/lola/

    Les documents provisoires communiqués lors de la réunion de présentation du SRADDET du 20 septembre à Clermont-Ferrand laissent entrevoir un réseau structurant ferroviaire et/ou routier entre Albertville et Annecy. Le projet de Liaisons Ouest du Lac d’Annecy influera sur les choix proposés par la Région, dans le cadre de ce schéma. Comme le pointe le rapport dès la page 72, le scénario avec projet fait augmenter le trafic de 50% entre Annecy et Faverges, contre 14% pour une situation sans le projet, avec un report modal sur le BHSN quasi insignifiant (moins de 1%). L’augmentation de la population ne peut justifier à elle seule l’intérêt de cette liaison

    Vous nous avez alerté à plusieurs reprises sur la faiblesse des dotations consenties par l’Etat pour les infrastructures de transport. De notre côté, nous ne cessons de répéter la nécessaire adaptation des politiques publiques au changement climatique, dont il n’est nullement question dans les documents transmis dans le cadre de cette concertation.

    L’efficacité de nos politiques publiques en matière de transport ne saurait s’évaluer seulement à l’aune du coût d’acquisition, et de la prétendue fluidification du trafic. Celle-ci n’est qu’un leurre qui induit de nouveaux bouchons à quelques kilomètres de ceux précédemment observés. Il ne s’agit pas de proposer aux usagers seulement des infrastructures mais de s’intéresser au nombre de voyageurs transportés par km/heure, de viser l’optimisation du foncier, le moindre impact sur la qualité de l’air et les gaz à effet de serre. Ce n’est qu’à cette condition que la Région arrivera à remplir son ambition de devenir la première Région décarbonée de France.

    Compte tenu des missions régaliennes de la Région en matière de transports inter-urbains et en matière d’environnement, nous vous proposons d’interpeller les acteurs du projet, Grand Annecy et Département, sur les risques que fait peser ce projet sur l’atteinte des objectifs de la Loi TEPCV (pour la Transition Energétique et la Croissance Verte) et sur les accords de Paris :

     Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 % entre 1990 et 2030 et diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050 (facteur 4).
     Réduire la consommation énergétique primaire d’énergies fossiles de 30 % en 2030 par
    rapport à la référence 2012

    Miser sur les carburations électriques et GNV pour atteindre ces objectifs constitue une erreur grossière. C’est reporter la responsabilité de la réduction des polluants sur les constructeurs et de ce n’est en aucun cas une réponse à la fluidification et aux attentes des rhônalpins en matière de services de mobilité durable.

    La Région ne peut se désintéresser des choix pris par les collectivités territoriales en matière d’infrastructures ; ils conditionnent la qualité des services inter-urbains que la Région pourra proposer en matière de transports routiers ou ferroviaires de voyageurs.

    Nous vous invitons, dès lors, à ne pas reproduire les erreurs du passé et à inciter les collectivités territoriales avec vous, à déployer des alternatives sérieuses et crédibles à la voiture individuelle. C’est à cette condition que pourrons s’instaurer des solidarités précieuses entre les différents échelons territoriaux et l’Etat, et que nous pourrons réussir collectivement un vrai changement de cap en faveur de l’adaptation au changement climatique.

    Vous remerciant par avance de l’attention que vous voudrez bien porter à notre courrier, je vous prie
    d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes salutations distinguées.

    Fabienne Grebert
    Conseillère régionale de Haute-Savoie

    Le courrier original en pièce jointe

    #3502

    Le maître d’ouvrage
    Admin bbPress

    Nous vous remercions pour votre contribution. Vous trouverez ci-dessous des éléments de réponse à vos interrogations.
    Concernant l’information sur l’étude TTK, cette étude a été retirée des études dites « antérieures » car elle ne concernait pas le seul projet LOLA mais toute l’agglomération annécienne. Cette étude est néanmoins disponible sur le site internet, dans la rubrique documentation.
    Concernant le trafic, le projet ne génère pas d’induction de trafic supplémentaire par rapport à la situation 2030 sans projet, uniquement un report de trafic de la rive est vers la rive ouest. L’augmentation de trafic est due à la croissance démographique d’ici 2030.
    Enfin, concernant le sujet du changement climatique et de la pollution : une étude air a été réalisé par ATMO sur le projet de liaisons Ouest du lac d’Annecy, qui analyse l’évolution des émissions de polluants en 2030, avec et sans projet, ainsi que les effets du projet sur les rejets de CO2. Ceux-ci apparaissent minimes et le projet n’impacte pas à l’échelle globale du périmètre les émissions de polluants (NO2, PM10 et PM2.5), bien qu’ils entraînent des variations à la hausse ou à la baisse très localisées. Des informations plus détaillées sont consultables sur ce sujet dans la Foire aux Questions, rubrique « L’environnement et l’étude air ».

    #3726

    lac74
    Participant

    Vous indiquez : le projet ne génère pas d’induction de trafic supplémentaire par rapport à la situation 2030 sans projet, uniquement un report de trafic de la rive est vers la rive ouest. On peut douter qu’il n’y aura pas de trafic supplémentaire induit par le tunnel … mais on ne peut pas accepter qu’il y ait un report du trafic de la rive Est vers la rive Ouest du lac c’est à dire une concentration de la pollution sur cette rive et notoirement aux sorties du tunnel à Sevrier et Vovray avec très certainement un impact sur la santé des gens vivant là …..

3 sujets de 1 à 3 (sur un total de 3)

La concertation est officiellement terminée depuis le 17 janvier à minuit.

Une concertation engagée par