La mobilité est un droit mais aussi un gage de croissance économique

Accueil Thématiques 09 – Divers La mobilité est un droit mais aussi un gage de croissance économique

La concertation est officiellement terminée depuis le 17 janvier à minuit.Vous ne pouvez plus participer au forum. Cependant, des réponses du maître d’ouvrage seront encore apportées à certaines questions du forum.

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Marcel Breton, il y a 1 an et 4 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #4032

    Marcel Breton
    Participant

    Il y a 44 ans, ne trouvant pas de travail dans ma région d’origine et souhaitant vivre dans une région agréable, j’ai trouvé un emploi à Faverges et un logement à 3 minutes de mon lieu de travail. Nos trois enfants ont dû aller au lycée à Annecy (lycée classique) : départ à 6 H 45, retour à 18 H 30. Lorsque ma femme a voulu retravailler elle n’a trouvé un emploi qu’au centre d’Annecy : 1 H à 1 H 15 à l’aller comme au retour par la rive est du lac.
    > J’ai assisté à la réunion du 8 novembre à Faverges et j’aimerais partager mes réflexions à propos du projet « LOLA ».
    > Personne ne perd 1 H 00 ou 1 H 30 en voiture pour aller et revenir au travail de gaieté de cœur ; alors POURQUOI LE FONT- ILS ?
    > 1° Il y a plus d’emplois dans l’agglomération d’Annecy que dans la communauté de communes de Faverges : Dans le commerce (de centre ville ou en périphérie), dans les usines, dans le domaine social (médical ou aide à la personne), dans les lycées etc. rémunérés à des niveaux de salaire ne permettant pas de se loger dans l’agglomération d’Annecy.
    > 2° Les transports en commun vers Annecy sont assurés par le LIHSA ligne 51 principalement utilisé par les lycéens. Pour ceux qui habitent à plus de 500 m de l’arrêt, il faut s’y rendre : 1 ère ATTENTE ; arrivés à la gare d’Annecy, ceux qui travaillent à Pringy, Argonnay, Epagny ou Seynod doivent reprendre un bus de l’agglomération : 2 ème ATTENTE. Combien faut-il de temps aujourd’hui pour se rendre d’un hameau de Faverges à Epagny (par exemple) ? La voiture est plus rapide. Si le « BHNS »relie seulement Duingt à Annecy les habitants de Faverges et Doussard auront une attente supplémentaire.
    > 3° Sur le site « LOLA », le SCOT projette en 2030 la construction de 22 000 logements pour l’agglomération d’Annecy et 1 700 à Faverges et Doussard. Le tunnel sous le Semnoz et la NVU permettront, sans doute, d’arriver plus rapidement au carrefour de la croisée. MAIS APRES ? Avec la population actuelle, la rocade et la voie rapide de Poisy sont saturées le matin et le soir : QU’EN SERA-T-IL AVEC 22 000 LOGEMENT SUPPLÉMENTAIRES ?
    > Le problème de circulation n’est il pas un problème de sous équipement de l’agglomération d’Annecy ?
    > Parmi ces 22 000 nouveaux logements combien seront accessibles à une population qui gagne entre le SMIC et le salaire médian français ( 1700€/mois) et pourrait ainsi vivre et travailler au même endroit en se rendant au travail à pied, à vélo ou en bus ?
    > 4° Si la rocade d’Annecy et la voie rapide de Poisy restent saturées que vont faire les habitants de la communauté de communes de Faverges qui travaillent à l’est de l’agglomération d’Annecy ? Vont-ils utiliser « LOLA » ou continuer à emprunter la rive est du lac ?
    > 5° Lors de la réunion du 8 novembre, la voiture électrique a été évoquée et semble à la mode. Une voiture électrique a le même volume qu’une voiture à combustion et, à quantité égale, les problèmes de saturation du réseau routier et de stationnement demeurent. Le coût actuel d’une voiture électrique (largement subventionné) est plus élevé que celui d’une voiture à combustion, il faut ajouter la location de la batterie (69€/mois) et la consommation d’électricité : inaccessible à une population gagnant moins de 1 700€/mois. Les batteries sont fabriquées en Asie AVEC DES MATÉRIAUX FOSSILES. Aujourd’hui l’électricité française est produite à 75% par le nucléaire (0% de CO2). Le fonctionnement de l’éolien et du solaire est aléatoire et est-on prêt à implanter des éoliennes au sommet du mont Veyrier ou du Semnoz (là où il y a du vent régulièrement) ?
    > Conclusions personnelles.
    > La mobilité est un droit mais aussi un gage indispensable de croissance économique.
    > L’idéal n’est-il pas de vivre et travailler au même endroit et de se déplacer à pied, à vélo ou en bus diminuant ainsi la pollution liée aux déplacements et faire gagner 1 H ou 1 H 30/jour à tous ceux qui se déplacent en voiture aujourd’hui ?
    > La France a le plus grand territoire de la communauté européenne ; des régions entières se vident au profit d’agglomérations surpeuplées avec des problèmes de circulation, de banlieues, de pollution… Ne serait-il pas plus judicieux de développer l’activité économique et administrative des villes moyennes comme Faverges ?

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

La concertation est officiellement terminée depuis le 17 janvier à minuit.

Une concertation engagée par