SOLUTIONS TEMPORAIRES INCOMPATIBLES AVEC LES ENJEUX D’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

Accueil Thématiques 07 – La concertation SOLUTIONS TEMPORAIRES INCOMPATIBLES AVEC LES ENJEUX D’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

La concertation est officiellement terminée depuis le 17 janvier à minuit.Vous ne pouvez plus participer au forum. Cependant, des réponses du maître d’ouvrage seront encore apportées à certaines questions du forum.

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  ERIC MARIN, il y a 7 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #5255

    ERIC MARIN
    Participant

    Les VÉRITABLES ENJEUX D’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ne sont pas abordés par ce type de structure à court terme (BHNS au milieu du trafic, Bus sur la voie verte…), ou contraires à l’intérêt collectif et environnemental. Avec un tunnel associé à des rond-points à chaque accès, on est sûr que des bouchons seront générés matin et soir, à l’extérieur et à l’intérieur des ouvrages : la santé des usagers et des riverains (gaz d’échappement) et leur sécurité (risques d’incendie à l’intérieur des ouvrages surchauffés par les véhicules bloqués dans les bouchons) ne sont pas prises en considération, tout comme leur impact dégradant notre environnement, atout majeur de notre activité touristique.

    Il faut commencer par rapprocher géographiquement les citoyens des services publics et privés, des commerces, des zones d’activité créatrices d’emploi… ou l’inverse. Ceci dès que c’est possible. Quand leurs logements ont été construits avant les infrastructures de transport, comme c’est le cas en ce moment sur la rive ouest, il faut rapprocher les infrastructures d’activité et de services vers les citoyens.

    La première chose à faire pour illustrer ce propos est de CONSTRUIRE D’URGENCE UN LYCÉE SUR LA RIVE OUEST, pour accueillir tous les élèves de SEVRIER à FAVERGES, MENTHON, TALLOIRES… actuels et futurs : les flux vers ANNECY liés à l’activité scolaire seraient immédiatement inversés, et libèreraient automatiquement une bonne partie de la circulation… toute l’année.

    Qui n’a pas observé qu’en période de congés scolaires, les déplacements sont plus fluides, du simple fait de retirer 15 à 20 % des véhicules, minimum ?

    Ce serait aussi un pôle d’activité local : personnels, prestations de services, restauration, etc… avec les effets bénéfiques que l’on peur imaginer.

    Il ne faut pas 5 ou 10 ans pour construire un bâtiment, si toutes les parties prenantes se mobilisent à fond dans tous les domaines du projet. Son coût est plus de 10 fois inférieur à celui de LOLA. L’impact de son chantier est infiniment moins perturbateur.

    Si cela ne résout pas tous les problèmes, cela permet de patienter pendant que les travaux du TRAM en bordure de la voie verte se réalisent. Pourquoi attendre une autre génération de décideurs pour le reporter dans le futur ?

    Créer une voie de circulation routière pour des bus à cet endroit pose beaucoup plus de problèmes et de risques que des rails pour un TRAM moderne. Autant le réaliser tout de suite, et éviter de démolir plus tard des chaussées crées et entretenue à grands frais, engageant des fonds publics pour des opérations temporaires peu efficaces.
    Oui, le tunnel de la PUYA doit être réhabilité. Autant le faire de suite pour un TRAM.

    URGENT et POSSIBLE : cela ne dispense pas les collectivités du GRAND ANNECY d’améliorer drastiquement le système de bus actuel : fréquence, accessibilité, tarifs… et surtout sa connexion avec la SIBRA. Pour cela, il est indispensable de restructurer les services SIBRA, avec des liaisons périphériques directes entre les différentes zones d’activité d’ANNECY. Ceci est une nécessité préalable, quelque soit la solution de transport collectif retenue.
    Il ne faut pas pour cela engager de gros budgets et de grosses infrastructures.

    Sinon, les usagers ne se précipiteront pas dans un transport collectif sur la rive ouest, pour passer ensuite des heures dans un bus, dans la journée, pour aller d’un point à un autre de l’agglomération. Actuellement, c’est un des freins majeurs à leur utilisation.

    Avec un Lycée sur la rive ouest et des bus largement restructurés, avec des budgets raisonnables, cela permettra de patienter pendant les travaux sur la voie verte pour réaliser le TRAM, à l’écart des axes routiers.
    Avec un Lycée + un TRAM opérationnels, le tunnel tel qu’il est prévu par LOLA n’aura pas lieu d’être, avec toutes les difficultés, coûts, nuisances et risques qu’il génèrerait. Tout comme un BHNS coûteux et obsolète dans sa conception, sans efficacité, avec une emprise d’une structure au sol dévastatrice pour les communes traversées.

    Lycée et TRAM sont tous les deux des investissements de long terme, facilement évolutifs en fonction des besoins futurs.
    C’est une question de courage, d’ambition et de volonté.

    Nous avons attendus plusieurs décennies en l’absence de dispositions cohérentes pour l’aménagement de la rive ouest. Il serait dommage de gâcher une opportunité de bien faire, à cause d’une pression mise par les concepteurs de LOLA pour agir dans l’urgence et hypothéquer notre cadre exceptionnel pour longtemps.

    Il convient d’être très vigilant pour ne pas mettre en avant des solutions à court terme qui, pour ne pas « froisser » les animateurs de LOLA, avec quelques aménagements temporaires, laissent à penser qu’elles seraient satisfaisantes et pourraient séduire le public.
    Très cordialement.
    Eric MARIN

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

La concertation est officiellement terminée depuis le 17 janvier à minuit.

Une concertation engagée par